EVV PLUH 2019

Arbres et Sport dans la Ville : un duo gagnant

Retour de notre réunion de début mai avec Michel Le Faou, vice-président de la Métropole et Adjoint à la Ville de Lyon, en charge de l’Urbanisme.

Rendez-vous 3 mai 19 Capture d’écran 2019-05-17 à 16.50.45

LE STADE DANS LE NOUVEAU PLU-H

Objectif : vérifier que le Plan Local d’Urbanisme et Habitat (PLU-H) tiendra bien compte des préconisations des commissaires-enquêteurs pour le Stade Anatole France.

En effet, dans leur rapport mis en ligne en janvier 2019, ces derniers avaient rendu leur verdict après avoir entendu nos arguments en juin 2018, à savoir qu’ils étaient « favorables à l’inscription en EVV des bosquets » du stade (EVV : Espaces Végétalisés à Valoriser). En cela, les commissaires-enquêteurs avaient suivi notre demande de classer et donc de pérenniser les bosquets situés aux 3 angles du stade.

Par ailleurs, en réponse à notre demande légitime de classer le stade en zone non constructible, ces mêmes commissaires-enquêteurs ont pointé aux élus de la Métropole qu’il était « intéressant de réfléchir dans le futur à une identification graphique des espaces publics ayant vocation à être préservés » (Rapport de la Commission d’Enquête, Tome 1, p. 491).

Ce 3 mai au matin, Michel Le Faou nous donne la primeur de ce qui va être voté le 13 mai :

  • 2 bosquets classés EVV sur 3.
  • Un zonage inchangé du stade mais la promesse d’une réflexion sur sa non-constructibilité dans le futur.  Selon quelle identification pour les stades de quartier ? Il existe déjà la Zone Urbaine de Loisirs (ZUL), semble-t-il exclusivement attribuée à de très grands espaces comme le Parc de Gerland. Pourquoi donc ne pas appliquer ce zonage à tous les terrains dont l’usage se conforme parfaitement à cette définition comme notre Stade Anatole France ?

EVV PLUH 2019

Les 3 bosquets légendés-page-001

On a donc gagné une petite partie de nos demandes. Mais pourquoi le 3ème angle végétalisé n’est-il donc pas classé ? Réponse : « Parce que l’arbre est mort. Classer un arbre mort, ça n’a pas de sens. » En effet, le pommier est mort en 2018 (et on se demande bien comment, du reste….). Pourtant, quand des arbres meurent au Parc de la Tête d’Or, on en replante de nouveaux sans se poser la question d’un nouveau zonage du secteur concerné.. Il s’agit donc précisément de classer l’espace et non l’arbre !

arbres stade mars 2016

Le pommier en mars 2016

arbre mort

Le pommier en avril 2019

On retient qu’un arbre va être replanté avant la fin du mandat actuel de l’équipe municipale.

PLANTER DES ARBRES

On a donc longuement parlé plantations. Car avec la pollution et le réchauffement climatique, les arbres sont indispensables à la ville : ils purifient l’air et ils rafraichissent l’atmosphère. Saviez-vous qu’un arbre de grande taille équivaut à une vingtaine de climatiseurs ?

De l'air !

Campagne Greenpeace #onveutrespirer à Lyon, avril 2019.

 Car il n’y a pas que le pommier qui est mort. En 2010, on a également perdu un boulot sur les trois qui forment partie du bosquet, avec les pins, de l’angle Sully/Belges.

On a ainsi convenu qu’il fallait replanter ces arbres, ou d’autres variétés plus adaptées au climat d’aujourd’hui. Et, bonne surprise, Michel Le Faou a aussi parlé de planter, en même temps que le nouveau pommier, 3 à 4 arbres de hautes tiges sur l’ancienne piste de lancé de poids, située le long de la grille côté boulevard des Belges !

Site-futures-plantations-ConvertImage

Au 1er plan, le pommier mort et derrière lui, l’ancienne piste de lancé de poids, qui s’étire jusqu’au bosquet pins/boulots.

arbres AF-jpg

Schéma du stade avec des arbres supplémentaires

Michel Le Faou convient que la présence de ces arbres produirait davantage d’ombre et augmenterait la surface végétale, une manière de contrebalancer l’effet îlot de chaleur du stade.

Ce projet de replantation et de plantation avant la fin du mandat municipal, chiche !

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *