NOUS SOMMES EN COLÈRE 😡

Un marathon pour quelle concertation sur le PLU-H ?

C’est quoi le PLU-H (Plan Local d’Urbanisme et Habitat) ? C’est le document qui réglemente le droit des sols de la Métropole et qui indique les secteurs constructibles, les formes que doivent prendre les constructions, les zones qui doivent rester naturelles, les parcelles qui sont réservées pour les constructions futures, etc.

2016-2019 : révision du PLU-H

Nous avons participé à toutes les étapes de la dernière révision du PLU-H : concertation préalable en 2016, enquête publique en 2018, et vérification de l’application des nouvelles prérogatives en 2019.

Nos demandes :

  • classer la parcelle du Stade Anatole France en zone urbaine de loisir (Zone UL) pour qu’elle ne soit plus constructible en logements privés comme c’est encore le cas.
  • classer les espaces boisés pour les préserver de manière définitive.

Le résultat de l’enquête publique :

=> ON A OBTENU LE CLASSEMENT DE 2 ESPACES BOISÉS SUR 3.

2021 : 3ème modification du PLU-H

Les nouvelles équipes municipale et métropolitaine organisent de concert une 3ème modification du PLU-H début 2021 et de laquelle on espère enfin obtenir une classification du Stade Anatole France en conformité avec son usage et son statut d’espace public.

On participe à la concertation publique, concernant cette modification, de avril à novembre 2021. On n’a obtenu qu’un entretien sur les trois sollicités, on n’a obtenu qu’une réponse sibylline à nos cinq courriers et, il n’y a eu aucun changement entre la première réunion de concertation du 26 avril 2021 et celle de la restitution du 15 novembre 2021. Pis : on ne nous a opposé aucun argument valable.

=> DÉMONSTRATION :

Septembre 2020 : on reçoit notre nouvelle adjointe aux Sport, Mme Julie Nublat-Faure, qui nous confirme que le nouveau classement du Stade Anatole France au PLU-H est dans sa « feuille de route » (sic). Elle nous invite toutefois à écrire au Maire de Lyon afin qu’il relaie notre demande à la Métropole puisque le terrain de sport fait partie du domaine public de la Ville de Lyon :

Cliquer ici : => Mail du 4 octobre 2020 à M. Grégory Doucet, Maire de Lyon

=> PAS DE RÉPONSE.

Avril 2021 : nous assistons aux 2 réunions publiques, en visioconférence, qui lancent la concertation pour cette 3ème modification du PLU-H : celle de la Métropole puis celle de la mairie du 6ème arrondissement. C’est à cette dernière que nous apprenons de la bouche de M. Raphaël Michaud, adjoint à l’urbanisme de la Ville de Lyon, que le zonage du Stade Anatole France ne sera modifié qu’à la marge : il restera constructible en logements privés mais la hauteur du constructible sera abaissée à 7 mètres.

Branle-bas de combat : on sollicite un entretien. On aura une réunion en visioconférence le 6 mai 2021 avec M. Raphaël Michaud… qui écoute nos arguments, répertoriés par nos soins dans un dossier de 26 pages qu’on lui aura transmis avant notre échange :

  • Avec l’engagement de Grégory Doucet lors de sa campagne électorale de 2020 :
  • Et dont nos demandes de classement du stade en zone UL (urbaine de loisirs) et d’élargissement de l’espace boisé aux plantations de novembre 2020 (5 arbres) en conformité avec le règlement du PLU-H :

=> LA RÉPONSE : Raphaël Michaud s’engage à solliciter ses services juridiques :

MAIS, AUCUNE NOUVELLE DE M.RAPHAËL MICHAUD DEPUIS LE 6 MAI 2021

Mi-mai : nous déposons notre demande de classement du Stade Anatole France en zone UL et de l’élargissement du classement des espaces boisés aux plantations récentes 1) au service de Mme Béatrice Vessillier, Vice-présidente en charge de l’Urbanisme et cadre de vie, et 2) au service de M. Grégory Doucet, Maire de Lyon :


=> PAS DE RÉPONSE

Début juillet : on sollicite des rendez-vous :

PAS DE RÉPONSE DU MAIRE DE LYON

Le 1er septembre, nous recevons ENFIN un message d’attente des services techniques de la Métropole, qui ont étudié notre dossier de 26 pages et proposeront « une évolution du PLU-H sur ce secteur ».

Le 15 novembre : nous assistons (en visio et avec possibilité d’intervenir en chat) à la restitution des décisions votées au conseil métropolitain du 27 septembre et…

NOUS TOMBONS DE NOTRE CHAISE : ils n’ont pas changé d’un iota la proposition initiale d’abaisser la hauteur de la zone constructible à 7 mètres 😡.

De quelle concertation parle-t-on ???

On téléphone aux services techniques qui affirment qu’il s’agit bien là d’une concertation alors qu’ils ne répondent pas argument contre argument. Ils restent sur leur position. Et, ils nous répètent que les ZUL doivent être de « grande taille ».

Que signifie « grande taille » ou « large emprise » lorsqu’aucune indication de superficie n’est précisée dans le règlement du PLHU-H ?!

De qui se moque-t-on ????

Lors de la campagne électorale pour les élections municipales, TOUS les candidats rencontrés se sont montrés favorables à une modification du PLU-H concernant notre Stade Anatole France et les terrains de sport dits de proximité. Un an et demi après, le compte n’y est pas. Nous sommes en colère.

TOUS DEHORS !!!

Coup sur coup en juin : une enquête du journal Le Monde et une émission sur France Inter développent la nécessité de faire du sport et de jouer en plein air.

Ce 18 juin 2021, une enquête du journal Le Monde a renforcé nos convictions : « Pompes, abdos, burpees : la grande forme du sport en plein air. » (Pascale Krémer)

« La longue fermeture des clubs due à la crise sanitaire a accentué un mouvement de fond. Le sport se pratique désormais de plus en plus en extérieur, gratuitement et avec des équipements fournis par les collectivités.« 

« Les pouvoirs publics se sont enfin rendu compte de l’importance des équipements extérieurs en accès libre, ces espaces où la population se retrouve et crée du lien. » (Mehdi Ghariani, équipementier) « Avec l’épidémie, en 2020, 1,2million de Français supplémentaires se sont mis à la course à pied. Ils veulent finir par des étirements et un peu de renforcement musculaire.« 

« Une demande s’exprime désormais, de pratique autonome dans l’espace public, dont les motivations sont davantage la santé, le bien-être que la quête de performance jugée trop chronophage, aux gratifications trop aléatoires. » (Gérard Baslé, consultant en sociologie et programmation sportive)

Le 30 juin, c’est au tour de France Inter de se pencher sur la vie de nos jeunes concitoyens, et notamment en ville : Comment inciter les enfants à sortir ?

« Il est vrai qu’il y a encore une quarantaine d’années, nos parents pouvaient nous laisser un après-midi entier dehors, sans s’inquiéter jusqu’au dîner. Les temps ont évidemment changé et vous l’aurez remarqué, nous voyons de moins en moins d’enfants jouer dans les villes, jouer au foot ou faire une partie de cache-cache sans surveillance« …. « Des études montrent également que le temps de jeu à l’extérieur a diminué.« 

Résultat des courses : les jeunes Français sont trop sédentaires. Et le confinement n’a rien arrangé.

Tiercé perdant : obésité, myopie, défaut de concentration. Sans parler de la carence en sociabilité.

La sédentarité des jeunes : nouvel enjeu de santé publique.

Pour écouter l’émission, cliquez sur le lien suivant : https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-du-mercredi-30-juin-2021

Alors quand on entend encore certains évoquer le souhait d’un gymnase en lieu et place de ce terrain de sport en accès libre, les bras nous en tombent. Pas plus tard que la semaine dernière, plusieurs lycéens de Villeurbanne nous disaient que ce stade sauvait leurs vacances d’été.

Une après-midi comme les autres sur le Stade Anatole France

C’est la raison pour laquelle on a réécrit la semaine dernière au Maire de Lyon pour qu’il respecte son engagement à « sanctuariser » les terrains de sport dans le Plan Local d’Urbanisme et Habitat (PLU-H), afin qu’ils ne puissent plus jamais être perçus comme des terrains à bâtir.

Comme le disait Michel Lussault en mars 2020, géographe et professeur à l’ENS : « il faut savoir ne pas ‘suraménager’ l’espace. Il faut laisser des lieux de latence » (Lyon Capitale, mars 2020).

Un soir de semaine sur le Stade Anatole France

« IL N’Y A PAS ASSEZ D’ÉQUIPEMENTS SPORTIFS À LYON »

C’est ce qu’a dit Julie Nublat-Faure, adjointe au Maire de Lyon en charge des sports, il y a quelques jours sur Lyon Capitale. Et on est bien d’accord. Des travaux de rénovation sont ainsi prévus sur une dizaine de gymnases…. On regrette juste que le sport de plein air et en accès libre n’ait pas été abordé dans cette interview, d’autant que son importance, qui n’est plus à démontrer en temps habituel, a crû de manière exponentielle avec la pandémie de Covid.

Interview de Julie Nublat-Faure, adjointe aux Sports de Lyon

« Il n’y a pas assez d’équipements sportifs à Lyon » : c’est pour cela que nous apportons actuellement notre contribution à la consultation pour la 3ème modification du Plan Local d’Urbanisme et Habitat (PLU-H).

On a d’abord écrit à Béatrice Vessiller, 2ème Vice-Présidente de la Métropole en charge de l’Urbanisme et cadre de vie. Pour demander que notre Stade Anatole France ait enfin un zonage en accord avec ses usages et sa domanialité publique, et qu’il ne soit plus considéré comme un terrain constructible en logements.

Extrait de la lettre à la Métropole

Nous nous adressons également au Maire de Lyon pour lui demander de concrétiser son engagement électoral de « sanctuarisation de terrains de sports à Lyon« .

Engagement du candidat Grégory Doucet en mars 2020

Vous aussi vous pouvez contribuer à cette consultation ! Il suffit de cliquer sur le lien en bas de cette image. Vous avez jusqu’au 20 mai !

UN BILAN DE NOS ACTIONS DANS LE PROGRÈS !

Une journaliste est venue nous voir il y a une dizaine de jours. Interview et transmission de docs.

Et, TADAM ! un super article paru dans l’édition du dimanche 11 avril dernier !

Hormis la confusion entre usagers et riverains (car nous parlons avant tout des usagers que nous représentons), ce papier pose bien les axes et les enjeux de notre action.

En outre, il reprend les propos de la fondatrice du Collectif, ceux d’une membre de l’Adesaf (Association de Défense du Stade Anatole France), ainsi que des parties entières de notre dernier article « Le sport, un exutoire propice au bien vivre ensemble dans la cité » (26/03/21).

Enfin, la journaliste nous apprend en prime que le remplacement de la grille d’enceinte a été décidé au dernier conseil municipal des 25 & 26 mars derniers, consacré au vote de la Programmation Pluri-annuelle d’Investissements (PPI). Ce qui nous a été confirmé peu après par la direction des Sports.

Pour une meilleure lecture :

LE SPORT, UN EXUTOIRE PROPICE AU BIEN-VIVRE ENSEMBLE DANS LA CITÉ

Le 20 mars dernier, Le Parisien titrait : Les rixes entre bandes, conséquences de l’arrêt du sport ?

Poursuivant : « Nombre de politiques, associatifs et spécialistes l’assurent : le sport permettait de canaliser la violence des jeunes et diminuait le risque de rixes entre bandes rivales. Depuis un an, ces affrontements sont en hausse, notamment en Ile-de-France.« 

Photo tirée de l’article du Parisien du 20/03/21

Et d’appuyer : « Les restrictions sanitaires liées à la pandémie sont un facteur aggravant. (…) A cause du couvre-feu, les jeunes ne peuvent pas se défouler dans le sport. Ils retrouvent dans leur bande un groupe socialisant qu’ils avaient jusque-là au sein de leur équipe sportive.« 

« Car même pour les sports en extérieur, c’est l’arrêt total dans la plupart des catégories. Les entraînements des ados étaient le soir en semaine, vers 18h. »

Le Stade Anatole France : un espace de mixités

On est persuadé du bienfait du sport dans l’espace public. Car, outre les gymnases, les terrains de plein air en accès libre (qui ne sont pas si nombreux) sont indispensables à nos jeunes pour se construire en santé, s’y défouler et apprendre le vivre-ensemble.

Mercredi 24 mars après-midi sur le Stade Anatole France : la boxe à la place des rixes

Sur notre Stade Anatole France, les mixités sont légion : de genre, sociales, géographiques, générationnelles et de sports – football, basketball, gymnastique, boxe, handball, badminton, volley-ball…. il n’y a aucune limite. Et le tout dans une entente cordiale.

La pandémie du coronavirus a par ailleurs démontré, si besoin était, que la pratique sportive de plein air est d’autant plus indispensable quand toutes les salles de sport sont fermées. Le Stade Anatole France est une chance : non seulement il offre des créneaux aux écoles, collèges et lycées, mais il est également en accès libre pour tous les sportifs.

Mercredi 24 mars après-midi sur le Stade Anatole France

C’est pourquoi cet espace de sports de plein air doit être protégé définitivement des appétits des promoteurs immobiliers. Ainsi, notre priorité absolue est que nos élus modifient enfin le Plan Local d’Urbanisme et Habitat (PLU-H). Le Stade Anatole France, comme les autres stades de quartier de la Métropole lyonnaise, mérite une codification en accord avec son usage et son statut domanial, comme l’a proposé la Commission d’enquête publique en janvier 2019 dans le cadre de la révision du PLU-H.

Mercredi 24 mars après-midi sur le Stade Anatole France

C’est dans ce sens que nous avons écrit le 4 octobre 2020 à notre maire, Grégory Doucet. Le 15 mars dernier, c’est à son adjoint à l’Urbanisme, Raphaël Michaud, que nous avons demandé un rendez-vous pour traiter cette question sur laquelle le candidat Grégory Doucet s’était engagé en signant notre pétition.

Nous attendons légitimement de nos élus qu’ils agissent dans le sens de leurs prises de position pré-électorales.

MIXITÉS SUR LE STADE ANATOLE FRANCE

On n’a pas attendu le 8 mars pour se préoccuper de la place des filles dans l’espace public de notre Stade Anatole France ! Depuis bientôt 5 ans qu’on a obtenu l’ouverture du stade (après, rappelons-le, une fermeture abusive H24 pendant une dizaine d’années, et une lutte acharnée de 6 mois en 2016), les joueuses de ballon 🏀 ⚽️ ⚾️ sont devenues plus nombreuses sur le terrain (ce n’est pas si facile de passer par-dessus une clôture même quand on est sportive ! Et surtout si on croit que c’est interdit).

Ensuite, l’installation d’une aire de Fitness en 2020 qui fait la part belle aux agrès spécial filles (en tout cas, pas seulement dédiés aux garçons), a démultiplié la présence des filles sur notre playground, que cela soit en cours de sport ou en accès libre.

C’est ce que nous voulions. Une mixité, des mixités. Sociale, de genre, de sports, d’âges.

Enfin, les écoles, collèges et lycées sont de plus en plus nombreux à utiliser ce terrain de sports et c’est aussi ce que nous voulions. Nous y avons oeuvré. Car l’égalité des droits dans l’espace public et partout ailleurs, ça passe avant tout par l’éducation.

EN FORME SUR LE STADE ANATOLE FRANCE

D’aucuns l’auront vu et/ou entendu : il y a des travaux sur le Stade Anatole France depuis le 21 septembre. Beaucoup d’entre vous, d’ailleurs, nous ont contacté.

Travaux d’aménagement et cours de sport cohabitent en ce lundi 28 septembre.

Il s’agit de l’implantation d’une aire de Fitness par la Ville de Lyon. Elle a été décidée fin 2019 par la précédente équipe municipale et elle est restée à l’ordre du jour. Le confinement des mois de mars-avril-mai dû à la pandémie du coronavirus aura juste décalé son aménagement de mars à septembre.

Premier bloc d’agrès

Ce nouvel espace comportera 2 espaces distincts et complémentaires :

  • au nord, côté rue Sully, un bloc ou combiné mixte,
  • au sud, côté rue Crillon, des agrès destinés préférentiellement aux sportiVES (rameur, vélo elliptique, duo porteur pousseur et combiné stepper twister).
Plan d’implantation des agrès de la nouvelle aire de fitness

Ces agrès feront partie de l’ensemble des aires de Fitness constitutives de l’application enform@Lyon. Avec des parcours de marche active, de running, de cardio training, de marche nordique etc., depuis le parc de la Tête d’Or.

De plus, ils seront entretenus de manière hebdomadaire.

On attend de plus amples informations des services de la Ville une fois qu’ils seront opérationnels, vers la mi ou la fin octobre nous a-t-on dit.

Photomontage représentant la future aire de Fitness sur le Stade Anatole France
Travaux en cours d’aménagement d’une aire de Fitness sur le Stade Anatole France

DES AVANCÉES SIGNIFICATIVES

Nous avons rencontré notre nouvelle élue en charge des Sports, qui est venue sur notre Stade Anatole France à la mi-septembre, accompagnée de son directeur des Sports.

Il s’agissait de rappeler nos attentes sur les points essentiels suivants, qui nous occupent depuis maintenant 5 ans : la sacralisation du Stade Anatole France dans le Plan Local d’Urbanisme et Habitat (PLU-H) et le projet de sa rénovation après 70 ans d’usage.

Modification du PLU-H

Madame Nublat nous confirme que nos attentes font partie de sa feuille de route. C’est une première très bonne nouvelle !

Pour rappel, le Stade Anatole France, et la majorité des stades de quartier de Lyon, sont classés dans le Plan Local d’Urbanisme et Habitat avec le même code que celui affecté aux terrains qui les environnent, à savoir : constructibles en logements privés ! Or cette codification « constructible en logements privés » est irrégulière car en contradiction avec l’appartenance de ces terrains de sports au domaine public qui est par définition inaliénable et imprescriptible. Cette codification irrégulière fragilise donc l’existence de ces terrains de sports dans la durée en laissant au PLU la possibilité d’évoquer leur disparition en dépit de leur fréquentation par un large public d’adolescent-e-s et de familles tous adeptes de jeux de ballons spontanés et autres sports en plein air.

Il a été convenu lors de cette rencontre que nous adressions une lettre au nouveau Maire de Lyon (venu nous rendre visite avant le scrutin et signataire de notre pétition) pour solliciter à nouveau une demande de modification du PLU-H rectifiant la codification du Stade Anatole France pour assurer sa description urbanistique en conformité avec la définition d’un équipement sportif de plein air appartenant au domaine public.

Julie Nublat (à dr), notre nouvelle adjointe aux Sports, sur le Stade Anatole France, avec Stéphanie Bordes, fondatrice du Collectif.

Rénovation du Stade Anatole France

Deuxième bonne nouvelle : le directeur des Sports confirme avoir inscrit le changement de la grille d’enceinte et celui du revêtement du sol dans la prochaine Programmation Pluriannuelle d’Investissement (PPI) qui sera votée par le conseil municipal en fin d’année.

Pour le revêtement, nous sommes sollicités pour communiquer un avis sur :

  • soit un remplacement à l’identique (enrobé),
  • soit un type de sol plus efficace par rapport au réchauffement climatique en ville (revêtement clair – qui absorbe moins le rayonnement solaire – et moins imperméable).

Pour la grille d’enceinte, nous avons relayé les positions suivantes.

A. Sur la hauteur de la grille d’enceinte

Les grilles sont à rehausser pour ne pas être franchissables, ce afin de garantir une plus grande durabilité de l’équipement, une limitation des incivilités nocturnes (fêtes improvisées, consommation d’alcool, bruit, etc.), et une réduction des accidents qui suivent (chutes de joueurs de basket ou de foot sur du verre cassé).

B. Sur le lien entre l’aire de fitness en cours de réalisation et le reste du stade

L’implantation d’une aire de fitness décidée fin 2019 par la précédente équipe municipale est restée à l’ordre du jour. Cet aménagement dans la partie non dédiée du stade, située côté boulevard des Belges à proximité des arbres, conduit à se poser plusieurs questions.

Doit-on rendre cet espace fitness accessible depuis le boulevard des Belges, sachant qu’il y a déjà des difficultés à faire respecter l’interdiction aux chiens, aux motos et l’interdiction de nuisances nocturnes ?

Doit-on séparer cet espace fitness du reste du stade, au motif de ne pas voir ses usagers traverser les quelques cours d’éducation physique des scolaires ? Mais cette question est-elle la bonne ? Pourquoi les agrès ne pourraient-ils pas de toute évidence être également utilisés par tous les sportifs déjà usagers du stade sans avoir à ressortir de l’enceinte pour entrer par la porte opposée ?

À noter qu’un panneau de restriction d’accès au stade pendant les cours régule déjà les flux :

La majorité d’entre vous s’est exprimée pour garder ce qui marche déjà très bien : une même surface pour une fluidité des usages dans le respect de tous.

Par conséquent, la demande du Collectif se résume juste en une grille d’enceinte avec le maintien d’une ouverture devant le lycée du Parc.

C. Accès libre et clubs de sport

Le directeur des Sports a relayé une hypothèse déjà entendue selon laquelle « Si la Ville finance une rénovation du stade, des clubs sportifs devraient nécessairement occuper des créneaux qui seraient pris sur les périodes d’usage spontané de l’équipement.« 

La logique de ce raisonnement est matière à discussion. Car le Stade Anatole France est un espace public de la Ville de Lyon déjà affecté à un usage et, qui plus est, très fréquenté. Sa rénovation à usage identique semble se justifier sans avoir à imaginer de nouveaux publics qui pousseraient dehors des publics utilisant déjà à plein l’équipement. La Ville est dans son rôle lorsqu’il s’agit de financer le renouvellement normal de cet équipement devenu vétuste.

Nous avons insisté sur ce point auprès de notre élue et de son directeur des Sports qui nous ont entendu.

D. Concertation

Il est convenu qu’il sera temps d’observer l’usage du stade après l’installation de l’aire de fitness (mi-octobre) et de faire un nouveau point avec le Collectif avant le bouclage du dossier de demande de financement portant sur la nouvelle grille et le nouveau revêtement (présentation pour validation en conseil municipal de décembre).

DE LA PÉTITION AUX ENGAGEMENTS

On a lancé la pétition sur Internet à la mi-janvier.

Depuis, nous avons rencontré TOUS les candidats à la mairie de Lyon et leur tête de liste de notre mairie d’arrondissement.

TOUS, à 1 et 1/2 exceptions près : les candidats du Rassemblement national que nous n’avons pas sollicités ; et le cas des LR pour lesquels nous avons seulement croisé leur tête de liste du 6, Pascal Blache (qui, rappelons-le ici, est notre maire d’arrondissement depuis 6 ans et qui n’a rien fait de son mandat pour notre Stade Anatole France) en même temps que leur candidat à la Métropole, François-Noël Buffet.

A chaque candidat, nous avons relayé les requêtes de la pétition :

  • rénovation du Stade Anatole France
  • végétalisation du Stade Anatole France
  • sacralisation du Stade Anatole France dans le Plan Local d’Urbanisme et Habitat.

Et nous leur avons demandé de s’engager. Par une lettre.

Puis certains ont eu envie d’organiser un tournoi de basketball sur le stade le 23 février (Matthieu Sausset de la liste Broliquier – Centre droite UDI) :

Et d’autres ont exprimé la nécessité de signer notre pétition : Grégory Doucet et Florence Delaunay pour la liste EELV, Sandrine Runel et Quentin Picard pour le Parti Socialiste :

Enfin, certains sont venus sur le site, pour voir concrètement ce qu’il en était (Doucet/Delaunay ; Perrin-Gilbert ; Runel/Picard) :

Voici donc les lettres d’engagement…. Mais avant de les lire !!! on vous livre un indice : les tournures quant à la sacralisation du Stade dans le Plan Local d’Urbanisme sont très révélatrices de la volonté politique (ou pas) de pérenniser nos terrains de sport à Lyon. Bonne lecture 🙂

ÉLECTIONS MUNICIPALES À LYON : EN UN CLIC, SIGNEZ NOTRE PÉTITION !

Aujourd’hui, la pétition est en ligne :

👉 https://www.mesopinions.com/petition/sports/stade-quartier-renove-vegetalise-sacralise-lyon/75848


On demande aux candidats aux élections municipales et métropolitaines de Lyon de s’engager à :

• réaliser la rénovation de notre Stade Anatole France ;

• poursuivre la végétalisation de notre Stade Anatole France ;

• modifier le Plan Local d’Urbanisme et Habitat (PLU-H) pour que notre Stade Anatole France soit sacralisé NON CONSTRUCTIBLE afin d’éloigner définitivement les promoteurs immobiliers de notre terrain de sports.

SOYEZ NOMBREUX À LA SIGNER ET À LA FAIRE SIGNER ! Partagez sur vos profils ! Invitez vos potes et vos parents à la signer. Nous comptons sur vous tous.

Le Sport des Jeunes : un Enjeu de Santé Publique.

Collectif des usagers du Stade Anatole France à Lyon, désireux d'assurer la préservation de ce lieu de pratique sportive et ludique en plein air.