Des élus en campagne sur notre Stade Anatole France

Etienne Blanc, candidat à la mairie de Lyon pour les prochaines municipales en 2020, est venu nous rendre visite sur le Stade Anatole France peu avant les élections européennes.

Dans la délégation qui l’accompagnait, trois des adjoints de la mairie du 6ème arrondissement et une ancienne députée :

  • Catherine Moullin, adjointe au logement,
  • Jean-Michel Duvernois, adjoint aux affaires scolaires et démocratie de proximité,
  • Marc Laupies, adjoint à la voirie et à la propreté,
  • et Dominique Nachury, conseillère municipale.

Blanc et Nachury

Marc Laupies, Dominique Nachury et Etienne Blanc devant le vestiaire et conversant avec un membre de l’Adesaf (Association de défense du Stade Anatole France).

Etienne Blanc Nachury Duvernois

(de g. à dr. : Marc Laupies, Dominique Nachury en arrière-plan, une membre de l’Adesaf, Etienne Blanc, Catherine Moulin, une membre de l’Adesaf et Jean-Michel Duvernois)

Nos élus en campagne ont tenu les positions suivantes :

Jean-Michel Duvernois a marqué sa réserve quant au projet d’un site de compostage sur le stade, porté par sa collègue à l’urbanisme et à l’écologie, Laurence Croizier.

Catherine Moullin a esquissé l’idée d’aménager un square pour enfants au bout de notre stade, côté boulevard des Belges. Alors que nous souhaitons acter son usage en « stade d’entraînement des juniors » quand les plus grands occupent la partie centrale et qu’ils poussant leurs cadets à cet endroit.

Site-futures-plantations-ConvertImage

Dominique Nachury, notre ancienne députée, a abondé dans notre sens sur la vocation d’un terrain uniquement centré sur le sport en conformité avec son usage depuis toujours,  mettant en avant qu’une pelouse et un ballon suffisaient à faire le bonheur des enfants comme des adolescents.

Marc Laupies a émis l’avis que nos vaillants Catalpas seraient en fin de vie. Vraiment ???

IMG_E1024

Etienne Blanc, enfin, prenant appui sur le PLU-H (Plan Local d’Urbanisme et Habitat), a déclaré pour sa part qu’il souhaitait sacraliser tous les espaces verts existant. Cependant, le Stade Anatole France n’étant pas à proprement parlé et en totalité un espace vert, est-ce à dire que celui-ci pourrait être inquiété et se retrouver à nouveau la proie des promoteurs ?

En outre, Etienne Blanc nous a enjoint, appuyé par Catherine Moulin, de procéder à un recours contre le PLU-H… Et c’est là qu’on ne comprend plus ! Le PLU-H a été voté le 13 mai. Et Pascal Blanche, notre maire d’arrondissement qui a rallié l’équipe d’Etienne Blanc pour les prochaines municipales, a refusé de porter notre demande de sacraliser le Stade Anatole France dans la nouvelle version du PLU-H : Pascal Blache, maire du 6ème, s’exprime devant les riverains

Nous conseiller vivement de porter recours contre le PLU-H, c’est :

  • nous faire faire le travail qu’ils n’ont pas fait ;
  • très onéreux, épuisant et inutile.

En bref, nos élus en campagne nous ont laissé entendre un large panel de solutions « test » qui rappelle ce que Goscinny décrivait sous la plume d’Uderzo dans Le Cadeau de César :

 Astérix 1 Astérix 2

Le Cadeau de César

Arbres et Sport dans la Ville : un duo gagnant

Retour de notre réunion de début mai avec Michel Le Faou, vice-président de la Métropole et Adjoint à la Ville de Lyon, en charge de l’Urbanisme.

Rendez-vous 3 mai 19 Capture d’écran 2019-05-17 à 16.50.45

LE STADE DANS LE NOUVEAU PLU-H

Objectif : vérifier que le Plan Local d’Urbanisme et Habitat (PLU-H) tiendra bien compte des préconisations des commissaires-enquêteurs pour le Stade Anatole France.

En effet, dans leur rapport mis en ligne en janvier 2019, ces derniers avaient rendu leur verdict après avoir entendu nos arguments en juin 2018, à savoir qu’ils étaient « favorables à l’inscription en EVV des bosquets » du stade (EVV : Espaces Végétalisés à Valoriser). En cela, les commissaires-enquêteurs avaient suivi notre demande de classer et donc de pérenniser les bosquets situés aux 3 angles du stade.

Par ailleurs, en réponse à notre demande légitime de classer le stade en zone non constructible, ces mêmes commissaires-enquêteurs ont pointé aux élus de la Métropole qu’il était « intéressant de réfléchir dans le futur à une identification graphique des espaces publics ayant vocation à être préservés » (Rapport de la Commission d’Enquête, Tome 1, p. 491).

Ce 3 mai au matin, Michel Le Faou nous donne la primeur de ce qui a été voté le 13 mai :

  • 2 bosquets classés EVV sur 3.
  • Un zonage inchangé du stade mais la promesse d’une réflexion sur sa non-constructibilité dans le futur.  Selon quelle identification pour les stades de quartier ? Il existe déjà la Zone Urbaine de Loisirs (ZUL), semble-t-il exclusivement attribuée à de très grands espaces comme le Parc de Gerland. Pourquoi donc ne pas appliquer ce zonage à tous les terrains dont l’usage se conforme parfaitement à cette définition comme notre Stade Anatole France ?

EVV PLUH 2019

Les 3 bosquets légendés-page-001

On a donc gagné une petite partie de nos demandes. Mais pourquoi le 3ème angle végétalisé n’est-il donc pas classé ? Réponse : « Parce que l’arbre est mort. Classer un arbre mort, ça n’a pas de sens. » En effet, le pommier est mort en 2018 (et on se demande bien comment, du reste….). Pourtant, quand des arbres meurent au Parc de la Tête d’Or, on en replante de nouveaux sans se poser la question d’un nouveau zonage du secteur concerné.. Il s’agit donc précisément de classer l’espace et non l’arbre !

arbres stade mars 2016

Le pommier en mars 2016

arbre mort

Le pommier en avril 2019

On retient qu’un arbre va être replanté avant la fin du mandat actuel de l’équipe municipale.

PLANTER DES ARBRES

On a donc longuement parlé plantations. Car avec la pollution et le réchauffement climatique, les arbres sont indispensables à la ville : ils purifient l’air et ils rafraichissent l’atmosphère. Saviez-vous qu’un arbre de grande taille équivaut à une vingtaine de climatiseurs ?

De l'air !

Campagne Greenpeace #onveutrespirer à Lyon, avril 2019.

 Car il n’y a pas que le pommier qui est mort. En 2010, on a également perdu un boulot sur les trois qui forment partie du bosquet, avec les pins, de l’angle Sully/Belges.

On a ainsi convenu qu’il fallait replanter ces arbres, ou d’autres variétés plus adaptées au climat d’aujourd’hui. Et, bonne surprise, Michel Le Faou a aussi parlé de planter, en même temps que le nouveau pommier, 3 à 4 arbres de hautes tiges sur l’ancienne piste de lancé de poids, située le long de la grille côté boulevard des Belges !

Site-futures-plantations-ConvertImage

Au 1er plan, le pommier mort et derrière lui, l’ancienne piste de lancé de poids, qui s’étire jusqu’au bosquet pins/boulots.

arbres AF-jpg

Schéma du stade avec des arbres supplémentaires

Michel Le Faou convient que la présence de ces arbres produirait davantage d’ombre et augmenterait la surface végétale, une manière de contrebalancer l’effet îlot de chaleur du stade.

Ce projet de replantation et de plantation avant la fin du mandat municipal, chiche !

 

 

 

GOOD NEWS

Nous avons fait un point la semaine dernière avec l’un des attachés parlementaires de notre députée Anne Brugnera, dans sa permanence située dans le 3ème arrondissement de Lyon.

Permanence parlementaire

Ce point d’étape fait suite à la visite d’Anne Brugnera sur notre Stade Anatole France le 8 février dernier, au cours de laquelle on avait évoqué les différentes pistes d’amélioration du site pour une rénovation digne de ce nom.

A cette occasion, elle avait clairement exprimé son soutien pour un projet de modernisation du stade (cf. notre article précédent « Pour un stade moderne et pérenne »).

Notre députée a une fois encore affirmé son soutien à notre démarche en écrivant le 6 mars à Michel La Faou, adjoint à l’Urbanisme de la Ville de Lyon et vice-président de la Métropole :

  • pour lui demander de classer tous les bosquets de notre Stade Anatole France dans la nouvelle version du PLU-H (Plan Local d’Urbanisme et Habitat), tel que préconisé par les commissaires-enquêteurs.
  • et pour lui demander que Lyon se dote  d’un zonage spécifique pour les stades de quartiers à l’instar des villes de Paris et Lille.

 

IMG_E1024

Le bosquet des Catalpas dont l’ombre est très prisée des sportifs mais qui n’est pas encore classé en Espace Végétal à Valoriser (EVV).

POUR UN STADE MODERNE ET PÉRENNE : UN OBJECTIF PARTAGÉ AVEC NOTRE DÉPUTÉE

Avant les vacances scolaires de février, nous avons eu la visite sur le Stade Anatole France, de notre députée Anne Brugnera, qui est aussi conseillère municipale et métropolitaine de la Ville de Lyon.

IMG_2718[1]

C’est avec plaisir et soulagement que nous avons accueilli l’idée d’un réaménagement global du site, conservant sa vocation sportive exclusive.

UN STADE MODERNISÉ ET ADAPTÉ À SES USAGES

Si une autre visite du stade est prévue pour le printemps, incluant  des usagers et habitants du quartier, quelques constats ont d’ores et déjà pu être partagés :

  • Le vestiaire, bâti dans les années 1970, est comme une verrue urbaine qui fait obstacle à la perspective sur la façade du Lycée du Parc depuis le boulevard des Belges, et paraît trop grand vu l’usage qui en est fait.

Façade lycée avec vestiaire

  • La grille rouillée et son soubassement en béton, datant de près de 70 ans, sont dans un état de vétusté qui appelle à leur remplacement.

grille et soubassement  Soubassement

  • Le revêtement du terrain, accidentogène, et les pare-ballons sont à refaire également.

bobos

  • Des arbres de grande taille devraient être plantés au fond du stade, le long du bd des Belges, à l’emplacement de l’ancienne piste de lancer de poids : au nombre de 4 à 6, ils auraient pour vertu d’apporter ombre, fraicheur et purification de l’air en accord avec le plan climat de Lyon.

Terrain junior

  • Des petits aménagements pratiques, légers et vertueux pourraient être réalisés comme l’installation de patères et de bancs autour des arbres.
  • Enfin, un tracé de terrain de sport pourraient être effectué sur la partie résiduelle du stade, située à l’Ouest, et sur laquelle les plus jeunes jouent quand le stade est occupé en nombre par les plus grands.

Terrain junior b  IMG_2720

Dans ce contexte, pas de place pour un compost de quartier sur le Stade Anatole France, en accord avec la majorité des usagers. Le square Billon situé à une encablure paraît, pour tout le monde, le site le plus approprié.

IMG_2722

 

PROTECTION DES TERRAINS DE SPORT PUBLICS EN VILLE

Enfin, nous partageons l’intérêt qu’une réflexion poussée soit menée sur la manière dont on pourrait sacraliser les terrains de sports publics de quartier dans les grandes villes, notamment via les PLU-H.

A cet effet, nous avons échangé sur l’avis favorable (publié le 21 janvier) des commissaires-enquêteurs portant sur le projet de révision du PLU-H de la Métropole de Lyon,  à :

– « classer en zone verte EVV les 3 espaces boisés du Stade Anatole France » (un seul ne l’est que partiellement actuellement) ;

– « réfléchir à une identification graphique des espaces publics récréatifs ayant vocation à être préservés. »

 

PAS DE COMPOSTAGE PRIVATIF SUR LE STADE ANATOLE FRANCE PUBLIC

Le Collectif Nous Sommes Le Stade Anatole France et l’association des riverains du Stade Anatole France (Adesaf) ont reçu, jeudi 24 janvier 2019 après-midi, à l’entrée du stade, les porteurs d’un projet de compostage pour le quartier Vitton/Belges.

3 sites -page-001-3

Les sites évoqués

Accompagnés par la Métropole de Lyon, les porteurs du projet s’interrogent sur le meilleur site pour installer un compost de quartier. Ils ont d’abord pensé au square Billon, ils ont également pensé au square des Trois-Renards, avant d’avoir été fléchés sur le Stade Anatole France par l’adjointe à l’Urbanisme de la mairie du 6.

square 3 Renards 1  square 3 renards 2

Square des Trois-Renards

 

COMPOST DE QUARTIER : MODE D’EMPLOI

Superficie requise : Un site de compostage de quartier c’est d’abord 5 bacs en pin Douglas d’environ 8 m3 pour une emprise spatiale d’environ 12-18 m2 selon leur disposition. Par ailleurs, il faut avoir de la place pour circuler entre eux, et suffisamment de recul pour retourner régulièrement la matière en décomposition avec une fourche afin de l’oxygéner.

Bénéficiaires : 60 foyers nommément listés.

Usage : Les bacs sont cadenassés et leur ouverture pour y déposer les épluchures fait l’objet de permanences (1h/semaine au minimum). Ces bacs sont prêtés par la Métropole dans le cadre d’une convention, signée pour 6 ans, avec l’association des composteurs usagers du site de compostage.

Sur le site de la place de l’Europe, on voit ainsi un enclos fermé dédié à la matière végétale en décomposition, préemptant une partie de l’aire de jeu publique Garibaldi :

Compost Europe 1 Compost Europe 4

Compost Europe 3

Compost de Garibaldi – Place de l’Europe

 

Emplacement idéal : Sur de la terre végétale et à l’ombre. Car un composteur chauffe, chauffe, chauffe jusqu’à 60-70 °C. C’est la matière organique en décomposition qui produit cette énergie.

Il a ainsi été évoqué l’ombre de nos chers Catalpas situés juste à droite de l’entrée du Stade Anatole France, pile devant le Lycée du Parc, pour y mettre des bacs à compost.

IMG_E1024Stade DuvicOr comme l’ont noté les commissaires enquêteurs de l’enquête publique du Plan Local d’Urbanisme et Habitat (PLU-H), ces arbres, qu’ils ont recommandé de classer en espace boisé classé (EBC), servent à :

  • se rafraichir en convivialité,
  • purifier l’air du terrain de sports,
  • diminuer la température de l’ilot de chaleur.

Par conséquent, entre l’utilisation de l’ombre  des Catalpas pour un compost ou pour le public du stade, il n’y a pas photo : on choisit de laisser au plus grand nombre le bénéfice de l’ombre apportée par nos chers arbres qui contribuent à une ville tempérée en accord avec le #planclimatlyon. CQFD

 

Utilisation du compost produit : Le compost est uniquement destiné aux composteurs qui vont l’utiliser pour leurs jardinières perso. Il ne peut  en aucun cas être utilisé, par exemple, pour amender les racines des arbres situés autour du site de compostage : il en va de la traçabilité des « intrants » selon les termes rapportés de la direction des Parcs et Jardins de la Ville de Lyon.

Autrement dit : Les composts de quartier ne sont ni plus ni moins que des copropriétés d’usage à caractère privatif dont l’objet est le recyclage de déchets végétaux, qui dans le cas du jardin d’enfants de la place de l’Europe décrit ci-avant, préempte une partie de l’espace public dédié à un autre usage.

En conclusion, flécher le compost sur le Stade Anatole France revient à désaffecter une partie de l’espace public pour le réaffecter à un usage privatif exclusivement réservé aux 60 foyers qui en seront bénéficiaires.

 

LE MEILLEUR SITE : LE SQUARE BILLON

Les porteurs de ce projet pour le quartier Vitton/Belges cherchent donc actuellement un site et négocient avec les propriétaires et usagers des différents terrains. C’est à ce titre d’usagers que nous les avons accueillis.

Et ils ont convenu que le Square Billon est le plus approprié.

Stade et square Billon-page-001

Car le Square Billon est au coeur du quartier Vitton / Belges. Il est doté d’un espace ombragé derrière la stèle de commémoration. Il n’est que terre végétale et bénéficie de l’ombre des immeubles avoisinants. Et surtout, il n’est pas accessible au public : il est clôturé.  Aucun conflit d’usage possible.

Square Billon 1 Square Billon 2 Square Billon 3

Le Square Billon

LES ENQUÊTEURS DE L’URBANISME NOUS APPROUVENT : DES ARBRES ET UN STADE À SACRALISER

On a bien bossé, notre effort a été récompensé et il y a de quoi se réjouir !!! Bravo à nous tous.

La commission d’enquête publique portant sur le projet de révision du PLU-H (Plan Local d’Urbanisme et Habitat) de la Métropole de Lyon a rendu son rapport lundi 21 janvier et……. regardez le résultat :

Analyse et appréciation commission enquete publique

Pour rappel : on avait rencontré le commissaire-enquêteur  en juin 2018 et on lui avait écrit pour lui demander :

  • le classement en zone non constructible du Stade Anatole France
  • le classement en zone verte des 3 espaces boisés du stade (un seul ne l’est que partiellement actuellement).

Hé bah la commission d’enquête nous suit complètement. Non seulement elle considère que le Stade Anatole France est en effet un espace de loisir à sacraliser, mais elle a recommandé de classer les deux autres angles boisés.

 

IMG_E1024IMG_1053

Les Catalpas non encore classés à l’entrée du Stade, sous lesquels on s’abrite du soleil dès le printemps.

 

PLU-H : le Stade Anatole France toujours menacé par un classement illégal

Le Plan Local d’Urbanisme et de l’Habitat de Lyon (document qui réglemente le droit des sols) est en cours de révision depuis 2016. Le Collectif Nous Sommes Le Stade Anatole France a participé à la concertation préalable et  a également rencontré « Monsieur PLU-H » en la personne de Michel Le Faou, vice-président de la Métropole de Lyon en charge de l’Urbanisme, Habitat et Cadre de vie (cf. article précédent de novembre 2016).

IMG_E1270

STADE DE QUARTIER = ESPACE PUBLIC

Notre objectif : obtenir que le PLU-H de Lyon devienne légal au regard de la domanialité publique des terrains de sport de plein air de la Métropole.

Pour notre Stade Anatole France, il s’agit concrètement de modifier sa classification qui n’est pas conforme à sa destination car la codification actuelle du stade est la même que celle des immeubles alentours : constructible. Du coup, de nombreux promoteurs immobiliers présentent régulièrement des projets de construction à notre maire d’arrondissement.

zonage actuel Stade AF-page-001

Rappelons que le Stade Anatole France est un terrain de sport public et qu’il ne peut être utilisé à des fins privées. Or sa classification actuelle en terrain constructible laisse planer une ambiguïté qui est préjudiciable à sa fonction.

Peut-on imaginer construire sur la place Bellecour ?! Non bien sûr ! Alors pourquoi sur le Stade Anatole France ? Les deux sont des espaces publics qui appartiennent à tous, dont les élus et les techniciens de la Ville ne peuvent pas disposer. Ils n’en sont que les gardiens.

ENQUÊTE PUBLIQUE

Après la concertation préalable, il y a l’enquête publique !

Mardi 5 juin dernier, le Collectif s’est donc rendu à la mairie du 6ème arrondissement de Lyon pour y rencontrer le Commissaire enquêteur et lui faire part de nos réflexions :

1- Zonage spécifique terrain de sport

De grandes villes comme Paris et Lille ont créé une classification spécifique aux terrains de sport en adéquation à leur usage à vocation récréative et sportive de plein air. Les Zones urbaines vertes à Paris et les zones UP à Lille.

A Lyon, RIEN ! 3ème ville démographique et 2ème poumon économique de la France, dont l’urbanisme est en outre hyper dense, Lyon s’abstiendrait de cette nécessité vitale à la jeunesse de notre pays ?

Stade juin 18 - 2.JPG

2 – Arbres, sport et patrimoine paysager 

Trois des angles du terrain de sport sont boisés :

  • un arbre de Judée trône à l’angle Crillon/Belges
  • 3 sapins et 2-3 bouleaux apportent leur ombre à l’angle Belges/Sully
  • 3 Catalpas à fleurs blanches développent leurs branchages à l’angle Sully/Anatole France.

Or seuls les 3 sapins de l’angle Belges/Sully sont sacralisés en Espaces Boisés Classés (EBC). Exit les bouleaux. Exit les Catalpas. Exit l’arbre de Judée.

arbres stade mars 2016

Arbre de Judée à l’angle Crillon/Belges

IMG_E1028

Bouleaux et Sapins apportent une ombre essentielle côté Ouest

IMG_E1024IMG_1053

Les Catalpas à fleurs blanches de l’angle Sully/Anatole France

Le Commissaire Enquêteur a parfaitement compris nos remarques et les a trouvées complètement légitimes. Maintenant, ce sont à nos élus de rectifier une erreur manifeste de l’ancien PLU.

Le 7 juin, jour de la clôture de l’enquête publique, nous avons déposé notre lettre conforme aux remarques précédentes.

Pour lire cette lettre, cliquer ici : Lettre du Collectif au Commissaire Enquêteur

 * * *

Le Collectif reçu par l’élu à l’Urbanisme du Grand Lyon

Nous Sommes Le Stade Anatole France s’est rendu au Grand Lyon en délégation :

viree-1

Départ pour le Grand Lyon

viree-3

Arrivée au Grand Lyon

Nous avons rencontré Michel Le Faou, 1er adjoint au maire de la Ville de Lyon et 8ème Vice-Président du Grand Lyon en charge de l’Urbanisme, Habitat et Cadre de Vie.

michel-le-faou-bis

Objectif de ce rendez-vous : sacraliser notre Stade Anatole France en lui octroyant la codification « terrain de sport public » dans le Plan Local d’Urbanisme (PLU) actuellement en cours de révision.

Capture d’écran 2016-06-01 à 15.54.44

Pourquoi ? Pour empêcher définitivement les promoteurs et les esprits mal intentionnés de bétonner cet espace public dont la codification actuelle est celle des immeubles alentours : constructible en logements privés !

viree-4

viree-6

Nous pénétrons le Saint des saints du pouvoir…

viree-7

Derniers réglages…

RESULTAT :

QUATRE PETITES BONNES NOUVELLES….

La 1ère : Michel Le Faou a confirmé avoir bien reçu et analysé notre lettre adressée en septembre dernier, dans le cadre de la concertation préalable à la révision du Plan Local d’Urbanisme.

Pour lire cette lettre, cliquer ici : Lettre du Collectif au Grand Lyon

La 2ème : Michel Le Faou confirme, comme Dominique Nachury il y a 1 an, que Le Stade Anatole France appartient au domaine public.

La 3ème : Michel Le Faou « entend sur le fond » nos observations et nos remarques sur le zonage du Stade Anatole France dans l’actuel Plan Local d’Urbanisme de la Métropole.

La 4ème : Michel Le Faou pense que pour faire avancer les choses (comprendre : obtenir ce que le Collectif estime légitime d’obtenir du PLU), mieux vaut le faire de façon concertée que de façon opposée. C’était justement notre intention !

… ET TROIS GROSSES DECEPTIONS

1- Un classement bulle de savons !

Si la codification « terrain de sport public » existe bien dans le PLU de Lyon, elle est applicable aux emplacements réservés, c’est-à-dire à des terrains pour lesquels la ville a des projets. Une fois le projet réalisé, la classification saute !

Donc la codification « terrain de sport public » n’a actuellement pas vocation à être pérenne…. :-(

2- Les stades seraient de simples réserves foncières pour la Ville de Lyon ?!

Presque tous les équipements sportifs de plein air sont actuellement classés suivant le zonage afférent au quartier dans lequel ils se trouvent…

Le seul équipement sportif classé comme équipement sportif, c’est le stade de Gerland.

On comprend donc que les stades de quartier constituent autant de réserves foncières et de prétendues « mines d’or » pour la Ville et nos élus…

Bravo pour le respect du domaine public…. :-(

3- Une absence manifeste de volonté politique de sacraliser les stades à l’occasion de la refonte du PLU

Notre élu nous dit : « ça ne va pas changer du jour au lendemain, la Ville de Lyon s’est toujours faite de la même façon. »

Donc RIEN à attendre pour que nos terrains de sport en plein air se maintiennent dans la durée !!!

Devant notre volonté à faire bouger les lignes, il précise qu’on ne peut pas traiter le Stade Anatole France de manière isolée (« pas d’urbanisme à la parcelle« ), mais qu’il faut avoir une stratégie s’appliquant à l’ensemble des terrains de sport de la ville…

… contredisant ses propos tenus en réunion publique du 4 février dernier où il affirmait « ne pas (être) obtus » sur le fait de « rendre définitivement cet espace du Stade Anatole France en service public. »

VERS UN COLLECTIF « NOUS SOMMES LES STADES DE LYON » ?

Or, à l’heure d’une densification toujours plus importante de nos hyper-centres, de grandes villes modernes ont déjà créé des zonages dans leur PLU qui protègent leurs terrains de sport en plein air. Pour n’en citer que deux :

  1. Paris et ses Zones Urbaines Vertes (ZUV), à vocation récréative et sportive, notamment caractérisées par une faible densité construite (de type vestiaires).
  2. Lille et sa Zone UP : zone urbaine récréative de plein air, à vocation sportive, de loisirs, de promenade, pouvant recevoir du public.

Quand est-ce que nos élus de Lyon vont se décider à créer une codification du PLU qui protège de manière pérenne nos terrains de sport en plein air ?

Attendent-ils que notre Collectif devienne Nous Sommes Les Stades de Lyon ???

Collectif des usagers du Stade Anatole France à Lyon, désireux d'assurer la préservation de ce lieu de pratique sportive et ludique en plein air.